[PGRN] [Programme de recherche départemental]

Projet CG38 - PGRN piloté par le laboratoire 3S

Titre du projet

Comportement sismique des sédiments de la cuvette grenobloise

[ rapport pdf ]

Type d'aléa
Risque Sismique
Année

2005

Mots-clés
Risque sismique - Remplissage argileux - Réponse sismique - Non-linéarité - Estimation indirecte - Indice de plasticité
Champs disciplinaires
Géomécanique


1) Organismes et auteurs


Organisme pilote
Laboratoire 3S
Organisme(s) associé(s)
LGIT + FONDASOL (BE techniques local)
Coordonnateur
Pierre FORAY
Participants
Safwan LABANIEH, Jane JERRAM (3S), Philippe GUEGEN (LGIT)


2) Contexte du projet


Site(s) d'étude
Essais réalisés à Crolles (piézocône et un forage)
Contexte de l'étude
Résumé du projet :

L’introduction des paramètres de non linéarité du sol est un élément important dans la prévision de la réponse sismique des sédiments de la cuvette grenobloise. Pour les couches profondes, ces paramètres ne sont pas directement accessibles du fait de l’impossibilité de prélever des échantillons intacts.
On se propose d’en faire une estimation indirecte à partir des caractéristiques physico-chimiques à mesurer sur les cuttings récupérés lors du forage profond effectué en 2003 à Montbonnot, et de confronter ces estimations aux courbes de dégradation de modules avec la déformation que l’on pourra évaluer de manière exacte à partir d’échantillons intacts prélevés dans les couches superficielles.
Programme plus vaste
Projet Interreg « Sismovalp »
Initiation du projet
Participation du PGRN
Montant du financement (k€)
8 k€
Part du CG38 - PGRN
16 %
(Co)-Financements
Projet Interreg « Sismovalp » : 40 k€
Coût total du projet : 50 k€
Appréciation du rôle du financement CG38 - PGRN
Complément de financement des manips.


3) Objectifs, méthodes et résultats

Objectifs
Obtenir une estimation grossière des caractéristiques de non linéarité du remplissage argileux de la cuvette grenobloise à partir des données simples de minéralogie que sont les indices de plasticité (limites d’Atterberg).
Méthodologie
- Récupérer dans les 450 m de cuttings un nombre suffisamment important d’échantillons remaniés d’argile de façon à effectuer une interprétation statistique.

- Effectuer le même type d’essais sur les matériaux argileux que l’on récupérera lors des forages avec prélèvements intacts dans les sédiments superficiels, pour comparer les indices de plasticité obtenus en profondeur avec ceux de surface (et comparer ces résultats avec ceux obtenus précédemment au Bourget du Lac ainsi qu’avec ceux disponibles à partir de reconnaissances géotechniques du site grenoblois).

- Extrapoler la courbe de dégradation des modules obtenue à partir des essais triaxiaux cycliques sur les échantillons superficiels intacts aux plus grandes profondeurs (et comparaison avec les résultats obtenus sur l’argile du Bourget).

- Effectuer un essai de reconnaissance au sismocône au voisinage du forage prévu, si le toit de l’argile n’est pas trop profond, de façon à accéder aux valeurs de Gmax à corréler avec les résistances de pointe pénétrométriques dans l’argile superficielle.
Résultats
(Projet en cours)


4) Débouchés du projet

Utilisateurs finaux potentiels
Chercheurs et gestionnaires en charge du risque sismique
Production scientifique
- Production de connaissances locales / régionales
Produits délivrables
(Projet en cours...)
Partenariats
- Préexistant
- Qui se poursuit
Retombées du projet

(Projet en cours...)

- Les résultats devaient être utilisés en particulier pour les simulations du mouvement sismique actuellement en cours au LGIT (alimentent la base de données de Ph. Guéguen), ainsi que dans le cadre du benchmark organisé par le LGIT dans le cadre du congrès ESG 2006 qui s'est tenu à Grenoble.

- Collaboration avec FUGRO-France (agence française de la multinationale FURGO, essentiellement centrée sur l’off-shorre et qui déborde maintenant sur le terrestre).

- Demandes d’expertise par les petits bureaux d’études locaux (Hydrogéo…) : essai d’un industriel à Chambéry, nouvel essai sur le campus de Grenoble pour tester la liquéfactibilité des sols = transfert de technologie progressif…

- Collaboration avec Gilles Ménard (LGCA) qui utilise les données = mutualisation des connaissances…



5) Valorisation du projet

Publications et communications

Exposés et présentations :

- "Caractérisation du comportement non linéaire des argiles lacustres dans la cuvette grenobloise": rapport final pour le Pôle grenoblois d'études et prévention des risques naturels , J. Jerram, P. Foray, Laboratoire 3S, mars 2006.

- "Characterising the non linearities of lacustrine clays in the grenoble basin", J. Jerram, P. Foray, S. Labanieh, E. Flavigny (Laboratoire 3S), Third international symposium on the effects of surface geology on seismic motion , Grenoble, mai 2006.

- "Caractérisation des sols de la cuvette grenobloise: application à l'étude du risque de liquéfaction", J. Jerram, P. Foray, E. Flavigny (Laboratoire 3S), Journées Nationales de Géotechnique et Géologie de l'ingénieur, l'INSA, Lyon, juin 2006.

- "Etude des non linéarités de la réponse sismique dans les couches superficielles de la cuvette grenobloise", Présentation pour SISMOVALP (projet européen pour le risque sismique dans les vallées alpines) meeting, Milan, septembre 2005.

Pages Web
0

 

[Programme de recherche départemental]