risknat - Pôle Alpin Risques naturels - Accueil
Mis à jour : 01/01/2011
Accueil risknat
Contact
Accés restreint

[PGRN] [Programme de recherche départemental]

Projet CG38 - PGRN piloté par le Cemagref ETNA

Titre du projet

Evaluation des formules de transport solide en rivière avec prise en compte de l’échelle temporelle

[ Rapport final ] [ Annexes ]

Type d'aléa
Crues, érosion et laves torrentielles
Année

2008


Organisme pilote
Cemagref ETNA
Organisme(s) associé(s)
Cemagref - LTHE - IPGP Paris - RTM38
Coordonnateur
Alain RECKING
Participants
- Cemagref ETNA : Frédéric LIÉBAULT, Philippe FREY (chercheurs) et Vito Bacchi (thésard)
- LTHE : Philippe BELLEUDY (professeur)
- IPGP : François MÉTIVIER (professeur)
- RTM38 : Christophe PETEUIL (ingénieur)

Résumé du projet

Le transport solide en rivière est très fluctuant et la qualité d’un échantillonnage sera étroitement dépendante de la durée sur laquelle ce dernier aura été intégré. C’est pourquoi les principales formules de transport solide utilisées en ingénierie ont été testées sur quatre jeux de données distincts, correspondant chacun à une échelle temporelle particulière : les mesures continues de laboratoire, les mesures instantanées en rivières, des mesures de volumes cumulés à l’échelle de l’évènement et enfin, des mesures de volumes cumulés à l’échelle interannuelle.

L’analyse a montré que toutes les formules, bien qu’ayant une efficacité relative plus ou moins bonne, présentent globalement un même comportement : les résultats des tests sont bons pour les mesures de laboratoire, très mauvais pour les mesures instantanées de terrain, et contrastés pour les volumes cumulés à l’échelle de l’évènement et interannuelle. L’analyse fine des données, et en particulier la comparaison entre les données de laboratoire et les mesures instantanées de terrain, a permis de conclure que ces différences de scores ne sont pas liées aux méthodes d’échantillonnage (et donc au temps), mais plutôt au type de crues concernées. Les modèles de transport ne sont valables que s’ils sont utilisés pour simuler le transport associé aux crues fortes (en moyenne lorsque la contrainte dépasse deux fois la valeur critique pour le début du transport). Ce résultat observé à l’échelle de temps court a permis d’expliquer les résultats contrastés obtenus pour les volumes cumulés sur de longues périodes.

[Programme de recherche départemental]