[PGRN] [Programme de recherche départemental]

Projet CG38 - PGRN piloté par le Cemagref ETNA

Titre du projet

Analyse critique de réseaux hydrométéorologiques existants : quels enseignements pour l'agglomération grenobloise ?
[ rapport pdf ]

Type d'aléa
Erosion - crues et laves torrentielles
Année

2000

Mots-clés
Risques hydrologiques - Risque torrentiel - Agglomération grenobloise - Réseau de mesure hydro-météorologique
Champs disciplinaires
Hydrologie, hydrométrie, météorologie


1) Organismes et auteurs


Organisme pilote
Cemagref ETNA
Organisme(s) associé(s)
LTHE
Coordonnateur
Didier RICHARD
Participants
Charles OBLED


2) Contexte du projet


Site(s) d'étude
Analyse des réseaux hydrométéorologiques des agglomérations suivantes : Ville de Marseille, District Urbain de Nancy, Communauté Urbaine de Lyon, Communauté Urbaine de Lille et Canton de Genève.
Contexte de l'étude
Dans le cadre de l’élaboration du schéma directeur de la région grenobloise, des études relatives à la prise en compte du risque torrentiel ont souligné la grande incertitude qui règne concernant l’estimation des débits liquides de crue des torrents et ruisseaux qui descendent dans la cuvette grenobloise et tout le long des branches du Y grenoblois. Les estimations disponibles au travers des diverses études réalisées par différents bureaux d’études diffèrent quelquefois dans un rapport de 1 à 3 selon les experts. Un travail préliminaire engagé en 1999 avec un financement SDAU en collaboration avec le LTHE et EDF-DTG comprenait deux principaux volets complémentaires : un inventaire critique des études hydrologiques réalisées à ce jour ; et un inventaire le plus exhaustif possible des données pluvio-hydrométriques disponibles, même de courte durée.

Compte tenu de la pauvreté des données disponibles, les chargés d’études n’ont pas eu vraiment le choix dans les méthodes utilisables, qui sont toutes des méthodes sommaires entachées de fourchettes d’incertitude importantes. Cette conclusion a été confirmée par un essai d’adaptation d’une méthode plus élaborée (le gradex) au cas des bassins versants à peu de données (données de pluie journalières uniquement). Il en ressort que la plus-value apportée par ce genre de méthode dans des conditions « dégradées » de disponibilité de données est mineure par rapport à l’utilisation des formules sommaires.

L’inventaire des données existantes se caractérise aussi par une grande dispersion entre organismes (Météo-France, CEA, EDF, etc.), dont aucun n’a une réelle vocation d’agglomération, et qui comptent moins d’une dizaine de pluviomètres enregistreurs au total. Les débits des ruisseaux ou torrents, encore plus rarement mesurés, le sont par la DDAF, l’Université, l’EDF, sans vision d’ensemble ni archivage concerté. Une conclusion s’est donc rapidement imposée : on ne progressera pas significativement avec si peu de données, qui restent très insuffisantes pour satisfaire la demande en aménagement. Par conséquent, il faut travailler dès maintenant à la définition d’un réseau de mesures adapté.
Programme plus vaste
*
Initiation du projet
Projet initié par le PGRN
Montant du financement (k€)
12,2 k€ (50 kF)
Part du CG38 - PGRN
62,5 %
(Co)-Financements
DRRT au MATE : 30 kF - Montant : 80 kF
Appréciation du rôle du financement CG38 - PGRN
Action du Pôle fondamentale pour l’initiation de cette réflexion et la mise en relation des actions concernées (y compris co-financeurs).


3) Objectifs, méthodes et résultats

Objectifs
Définir un réseau de mesures adapté à la gestion des risques hydrologiques et torrentiels dans la région grenobloise.
Méthodologie
Analyse des efforts faits en matière d’implantation de réseaux de mesure dans les agglomérations de taille comparable à l’agglomération grenobloise, présentant si possible un environnement géomorphologique assez proche (montagne ou relief marqué) : cf. sites.

Synthèse, à partir d’interviews des gestionnaires de réseaux, des critères de décision qui ont conduit à l’implantation de ces réseaux, ainsi que des usages et des bénéfices retirés par les utilisateurs.

Analyse comparative du cas de Grenoble à l’échelle de la SDAU (157 communes) et de la « Métro » (23 communes).
Résultats
Synthèse des pratiques : bilan des motivations et des arguments utilisés pour obtenir l’implantation d’un réseau de mesures. Evaluation des moyens alloués et des problèmes rencontrés lors d’une telle démarche.

Analyse du fonctionnement des réseaux de mesures et présentation, des résultats sous forme de tableaux de synthèse par agglomération.

Mise en évidence de l’insuffisance du réseau grenoblois en comparaison avec les réseaux de mesure des pluies et débits gérés par les agglomérations visitées, mais également au regard de la variabilité spatiale de la pluie, et de ses conséquences sur l’estimation des débits.

Problème posé, pour envisager la mise en place éventuelle d’un réseau de mesure hydrométéorologique dans la région grenobloise, de l’identification d’un « opérateur » adéquat, adapté au territoire retenu (SDAU, « Métro », ou autre…).


4) Débouchés du projet

Utilisateurs finaux potentiels
Utilisateurs potentiels : Gestionnaires des risques hydrométéoro-logiques et de l’aménagement du territoires, SDAU, Métro, collectivités…
Production scientifique
- Production de connaissances locales / régionales
- Production de connaissances pratiques / opérationnelles
Produits délivrables

*

Partenariats
- Préexistant
- Qui se poursuit
Retombées du projet
Réflexion toujours en cours…


5) Valorisation du projet

Publications et communications
0
Pages Web
Rapport disponible : http://www.grenoble.cemagref.fr/etna/resultats/program_region/RICHARDPGRN.pdf

 

[Programme de recherche départemental]