[PGRN] [Programme de recherche départemental]

Projet CG38 - PGRN piloté par le CRHIPA

Titre du projet

HISTORISQUE-Isère : utilisation de l'information historique pour une meilleure définition du risque inondation

Type d'aléa
Droit, économie, sociologie et histoire du risque
Année

1998 / 99

Mots-clés
Risque inondation - Information historique - Isère
Champs disciplinaires
Histoire, hydraulique fluviale


1) Organismes et auteurs


Organisme pilote
CRHIPA (Centre de Recherche sur l'Histoire de l'Italie et des Pays Alpins), UPMF (Université Pierre Mendès France)
Organisme(s) associé(s)

- Cemagref Lyon (HHY) & Grenoble (ETNA)
- Archives Départementales de l'Isère

Coordonnateur
Denis COEUR
Participants
M. Lang, R. Naulet, D. Richard, S. Brochot, Y. Soulingeas 


2) Contexte du projet


Site(s) d'étude
Secteur de la moyenne-Isère compris entre les confluences de l'Arc et du Drac.
Contexte de l'étude

En matière d'inondation, la plupart des méthodes d'estimation du risque se basent en général sur l'analyse de chroniques mesurées de débits portant sur les deux ou trois dernières décennies. Or, d'un point de vue statistique, cette information représente un échantillon insuffisant pour estimer de façon fiable les périodes de retour associées aux événements extrêmes. Différentes techniques permettent d'étoffer la collection initiale : l'utilisation de l'information régionale ou des données pluviométriques (méthodes Gradex et Agregee), ou bien encore la prise en compte de l'information historique.

Pour différentes raisons cette mémoire est sous exploitée. La dissémination des informations au sein de multiples organismes et la variété des supports utilisés au cours des décennies pour les consigner nécessitent, en effet, des qualités d'historiens qui font souvent défaut aux personnes chargées habituellement de mener à bien ce type d'enquête. Si, d'autre part, l'évolution de la science hydrologique a permis des progrès dans la mesure et l'analyse des phénomènes extrêmes, ces avancées ont paradoxalement aussi développé chez les  hydrologues un sentiment de méfiance vis-à-vis des témoignages relatifs aux crues anciennes.

Ce constat est à l'origine de la présente démarche qui s'est fixée comme objectif de faire de la collecte et de la validation de l'information historique une étape à part entière de la recherche, et ce avant traitement des données par des méthodes statistiques spécifiques.

Programme plus vaste
 
Initiation du projet
Participation du PGRN
Montant du financement (k€)
21,34 k€ (140 kF)
Part du CG38 - PGRN
~20 %
(Co)-Financements
(?)
Appréciation du rôle du financement CG38 - PGRN
Ce financement a permis de rémunérer 2 stagiaires (travail d’archives et saisie des données hydrométriques)


3) Objectifs, méthodes et résultats

Objectifs
L'objectif du projet est de tester, dans le cadre d'une approche interdisciplinaire associant hydrologues et hydrauliciens du Cemagref (HHLY -Lyon) et historien de l'Université Pierre Mendès France (CRHIPA-Grenoble), l'intérêt de l'information historique pour une meilleure estimation du risque d'inondation. Il concerne le secteur de la moyenne-Isère compris entre les confluences de l'Arc et du Drac.
Méthodologie

Phase 1 : Inventaire des informations historiques sur les inondations :

  • Etape 1 : Etat général des sources.
  • Etape 2 : Collation des données.

Phase 2 : Critique des données historiques :

  • Analyse de la cohérence des informations historiques au niveau du bassin et recoupement des différentes sources d'informations.
  • Estimation du débit (et de son incertitude) des principales crues de l'Isère par modélisation hydraulique.

Phase 3 : Utilisation des données historiques pour la prédétermination du risque d'inondation :

  • Apport de l'information historique dans la validation du choix de la loi de probabilité à appliquer à la distribution expérimentale des crues de l'Isère.
Résultats

Inventaire pratiquement exhaustif des sources de documents :
=> Un Etat Général des Sources (EGS) présente les ensembles documentaires mobilisés avec les références d'archives précises. Il a été établi à partir de l'exploitation d'une gamme variée de fonds (Archives Nationales, Départementales, Municipales; Bibliothèque Municipale; Fonds Maurice Pardé ; ENPC ; SHF ; DDE Isère, A-D Isère-Drac-Romanche).

=> Un pré-inventaire du fonds des Travaux Publics conservé aux Archives Départementales de l'Isère permet désormais d'accéder plus facilement aux sources de l'histoire de l'aménagement des cours d'eau.

Exploitation des sources d'archives à des fins méthodologiques :
=> Une grille de lecture des informations historiques permet de définir trois types d'historique qu'il est souhaitable d'établir : l'historique des services en charge des mesures, l'historique des méthodes et matériels de mesure, l'historique enfin des événements sur le bassin versant.

=> On identifie une chronologie qualitative des crues du l'Isère sur la période 1600-1950, suivant trois classes d'événements (faible ou moyen ; fort ; exceptionnel): les huit plus forts événements connus sont relatifs aux années 1651-52, 1673, 1711, 1733, 1740, 1764, 1778 et 1859.

=> Une description de l'historique de l'activité du service d'annonce des crues de l'Isère permet de retracer l'évolution de ce service et de connaître l'ensemble des données disponibles aux XIXe et XXe siècles.

Modélisation hydraulique des crues de l'Isère sur le secteur Pontcharra-Grenoble :
=> Un travail de collecte et de critique des données a permis de disposer sur support informatique des relevés hydrométriques des échelles d'annonce des crues de l'Isère sur la période 1877-1968.

=> Une modélisation hydraulique des écoulements dans le lit mineur, à partir de relevés topographiques établis en 1901, a permis de situer les zones de premier débordement et de caler assez finement la relation hauteur-débit pour les débits de crue inférieurs à 600 m3/s.

=> Une modélisation hydraulique par casiers de débordement des crues débordantes, à partir d'une vue en plan au 1/10 000e datant du début du XXe siècle, a permis de valider la courbe de tarage existante à Grenoble, pour la période 1890-1940. L'incertitude de reconstitution est de l'ordre de 25 %.


4) Débouchés du projet

Utilisateurs finaux potentiels
- Service de Prévision des Crues
- DDE de l'Isère : intégration de ces résultats dans le dossier de plan de prévention des risques (PPR) qui doit comporter les informations relatives aux crues historiques (cf. "Ce qu'en disent les partenaires" sur le site du Cemagref)
Production scientifique
- Méthodologie innovante
- Production de connaissances locales / régionales
- Production de connaissances pratiques / opérationnelles
Produits délivrables
Données relevées lors de ce travail d’archive sur les échelles hydrométriques de 1867 à 1968
Partenariats
- Préexistant
- Qui se poursuit
Retombées du projet

Le projet a débouché sur une meilleure connaissance de l’évolution de la vulnérabilité des territoires grâce à la reconstitution de l’histoire de l’aménagement des cours d’eau. Du point de vue opérationnel, les données relevées lors de ce travail d’archive sur les échelles hydrométriques de 1867 à 1968 (données journalières) ont été transmises au Service de Prévision des Crues en 2005. Le SPC  a complété les données depuis.

La méthode et la démarche mises en œuvre sont utilisables en totalité ou partie sur la plupart des cours d’eau. Le travail s’est poursuivi dans le cadre des projets suivants :

  • projet européen SPHERE (2000-2003) : « Systematic, Palaeoflood and Historical data for the improvEment of flood Risk Estimation » associant Français, Allemands, Canadiens, Espagnols et Israéliens (sites français : Isère et Ardèche),
  • projet BASE-IN : Mise au point d'un prototype de système d'aide à l'obtention d'informations historiques sur les Inondations - Application aux rivières Ardèche et Isère (projet Cemagref / Gipea consultants / Acthys-diffusion),
  • projet BICH (Borne d’Information sur les Crues Historiques) portant sur l’espace public (financé en interne par le Cemagref) avec un prototype développé sur la Saône à Lyon (débouché opérationnel de la démarche),
  • application à d’autres secteurs dans le cadre du programme national RDT avec le projet InondHis-LR : "Analyse régionale des précipitations et crues anciennes en région Languedoc-Roussillon".

Outre une utilisation de l’information historique en termes qualitatifs, le croisement de multiples sources permet de reconstituer par incrémentation successives certaines données quantitatives. Ce travail de capitalisation de l’information demande un investissement important. D’où l’idée de développer une base de donnée historique régionale capable à la fois de conserver et traiter les données mais aussi de les diffuser aux différents acteurs scientifiques, techniques de la prévention des inondations.



5) Valorisation du projet

Publications et communications

Cœur D., Lang M., Naulet R., Burnet R., Strazzeri D. [1998] - Histoire et connaissance des phénomènes naturels extrêmes, Ingénieries EAT - numéro spécial « Risques Naturels », 15-26.

Cœur D., Lang M., Paquier A. [2002] – L’historien, l’hydraulicien et l’hydrologue et la connaissance des inondations, La Houille Blanche – Revue Internationale de l’Eau, n°4/5, 61-66.

Lang M., Cœur D. [2002] – Flood knowledge : history, hydraulics and hydrology. Case study on three French rivers, in La protection et l”utilisation durable de la ressource en eau, actes du colloque Franco-Chinois de Shanghai/Suzhou (6-9 november 2002), AFCRST, Paris,96-102.

Lang M. / Cœur D. / Brochot S. / Naudet R. Information historique & ingénierie des risques naturels. L'Isère et le torrent du Manival. 2003, 180 p., FRE. Coll. Études du Cemagref, série Gestion des milieux aquatiques n° 18.
Pages Web
"Quand l'histoire aide à prévenir les crues" sur le site du Cemagref     

 

[Programme de recherche départemental]