[PGRN] [Programme de recherche départemental]

Projet CG38 - PGRN piloté par le LGIT

Titre du projet

Station permanente large bande à l'Observatoire de Grenoble (projet INTERREG)

Type d'aléa
Risque sismique
Année

1993

Mots-clés
Aléa sismique - Instrumentation - Station sismologique permanente large-bande
Champs disciplinaires
Sismologie


1) Organismes et auteurs


Organisme pilote
LGIT
Organisme(s) associé(s)
UJF (BQR) et INSU (complément au budget)
Coordonnateur
Olivier COUTANT
Participants
*


2) Contexte du projet


Site(s) d'étude
Barrage EDF de Grand-Maison (au pied du col de la Croix de Fer)
Contexte de l'étude
Financement intégré dans un projet plus large visant à doter l’Observatoire de Grenoble d’un réseau de stations large-bande, grande dynamique.

La station de Grenoble (OGGM) est située dans le barrage de Grand-Maison. Elle est opérationnelle depuis le printemps 1995 et a permis d’enregistrer un large nombre d’événements sismiques mondiaux, régionaux et locaux. Elle répond à des objectifs pédagogique et scientifique.
Programme plus vaste
Réseau ROSALP (ex RLBOG)

Projet Interreg réseau RSIHD

Réseau national ReNaSS

Initiation du projet
Participation du PGRN
Montant du financement (k€)
10,67 k€ (70 kF contribution TTC, soit 57 kF HT)
Part du CG38 - PGRN
39 %
(Co)-Financements
Complément UJF (BQR) et INSU.
Budget total : 180 kF (HT)
Appréciation du rôle du financement CG38 - PGRN
Acquisition et installation de la première station du réseau : projet initiateur (crédit incitatif qui a permis de « lancer la machine »).


3) Objectifs, méthodes et résultats

Objectifs
- Enregistrer en permanence les grands séismes mondiaux sur support papier (données numérisées par le réseau large bande et transmises par télémétrie), afin de donner aux étudiants et aux visiteurs une image claire de l’activité sismique sur le globe.

- Mettre à disposition de la communauté scientifique les données numérisées stockées sur la base de données sismologique du laboratoire.
Méthodologie
Installation d’un capteur sismologique de bande de fréquence 0,001 Hz à 50 Hz, acquisition 6 cannaux/24 bits connecté à un PC qui acquiert et stocke les données (2Go), interrogé chaque nuit par téléphone afin de sauvegarder et/ou transmettre les séismes intéressants sur un disque magnéto-optique et sur le calculateur du laboratoire (gestion automatique).

Station couplée à un accéléromètre, ce qui permet d’enregistrer une très grande gamme de mouvements sismiques sans risquer de saturer les enregistrements.

Enregistrement du graphique du canal vertical du capteur large bande en continu, ce qui permet d’observer directement la sismicité mondiale au laboratoire.
Résultats
Enregistrement de qualité des signaux de séismes locaux, régionaux et mondiaux, permettant d’en déterminer simplement et rapidement la magnitude (en prenant la transformée de Fourier du signal non saturé).

Perspectives :
- études des structures Alpines ;
- étude des sources sismiques (pour permettre d’estimer rapidement le moment sismique et le mécanisme au foyer par inversion classique du tenseur des moments).



4) Débouchés du projet

Utilisateurs finaux potentiels
LGIT, communauté scientifique internationale
Production scientifique
- Production de connaissances locales / régionales
- Production de connaissances pratiques / opérationnelles
Produits délivrables
Instrumentation et données sismologiques (cf. réseau ROSALP)
Partenariats
- Préexistant
- Qui se poursuit
Retombées du projet
Depuis 1993, le projet initial a évolué vers le déploiement d’un réseau plus important de 4 stations : le Réseau Large Bande de l’Observatoire de Grenoble (ROSALP, ex RLBOG), intégré à différents projets scientifiques : le réseau RSIHD (projet transfrontalier Interreg) qui prévoit l’installation de stations à grande dynamique de part et d’autre de la frontière Franco-Italienne, et le réseau national ReNaSS de surveillance sismique du territoire.

La station de Grenoble est partie intégrante du réseau ROSALP et du réseau national ReNaSS.


5) Valorisation du projet

Publications et communications
- Barruol G., Deschamps A., and Coutant O. (2004) Mapping upper mantle anisotropy beneath SE France by SKS splitting indicates N eogene asthenospheric flow induced by Apenninic slab roll-back and deflected by the deep Alpine roots. Tectonophysics 394 (1-2), 125-138.

- Pedersen H. A., Coutant O., Deschamps A., Soulage M., and Cotte N. (2003) Measuring surface wave phase velocities beneath small broad-band arrays: tests of an improved algorithm and application to the French Alps. Geophysical Journal International 154 (3), 903-912.
Pages Web
Réseau ROSALP : http://www-lgit.obs.ujf-grenoble.fr/observations/rosalp/rosalp1_4.htm

 

[Programme de recherche départemental]