[PGRN] [Programme de recherche départemental]

Projet CG38 - PGRN piloté par le LTHE

Titre du projet

Station hydrométrique de l'Isère

Type d'aléa
Crues en rivière et inondations
Année

1990 à 1992

Mots-clés
Hydrologie - Instrumentation - Station hydrométrique - Isère
Champs disciplinaires
Hydrologie, hydrométrie


1) Organismes et auteurs


Organisme pilote
ENSHMG
Organisme(s) associé(s)
 
Coordonnateur
Philippe BOIS (Professeur à l'ENSHMG)
Participants
 


2) Contexte du projet


Site(s) d'étude
Station hydrométrique du Campus, sur l’Isère (à l’aval immédiat de la passerelle Campus Meylan)
Contexte de l'étude
Il existait alors en France environ 2000 stations hydrologiques, mais pas de stations d'essais et de contrôle de matériel. Il a donc été estimé utile de réaliser une telle station pour améliorer les moyens de mesure des débits. Elle devait en outre permettre d'assurer un suivi des crues à l'entrée de Grenoble et avec l'appui de l'Ecole Nationale Supérieure d'Hydraulique et de Mécanique de Grenoble (ENSHMG) d'assurer une formation de cadres techniques aux méthodes modernes. Ultérieurement, elle devait permettre un contrôle de la qualité des eaux de rivière. Cette station a été réalisée par l'ENSHMG en collaboration avec EDF ainsi que le Ministère de l'Environnement pour la formation en hydrométrie.
Programme plus vaste
*
Initiation du projet
Participation du PGRN
Montant du financement (k€)
24,39 k€ (160 kF : 85 kF en 1990 + 35 kF en 1991 + 40 kF en 1992)
Part du CG38 - PGRN
24 %
(Co)-Financements
Ministère de l’Education Nationale : 250 kF ; EDF : 255 kF
Total: 665 kF
Appréciation du rôle du financement CG38 - PGRN
Complément de financement pour acheter des appareils => données LTHE (EDF a financé la partie génie civil et installé ses propres appareils, tenant à ce que ses systèmes de mesure soient complètement indépendants) + automates qui régulent à St-Egrève.


3) Objectifs, méthodes et résultats

Objectifs

Mise en place d’une station hydrométrique destinée, d’une part à la formation sur le terrain dans le domaine des mesures hydrométriques, d’autre part à l’acquisition, archivage et transmission de mesures hydrométriques en vue de l’alerte, la prévision et la recherche. A terme, elle doit offrir un site remarquable pour l’essai de nouveaux matériels.

Méthodologie

Travaux de mise en place de la station :
- Génie civil.
- Installation électrique et téléphonique (2 lignes spécialisées et une ligne standard pour EDF, une ligne sur le standard de l’ENSHMG).
- Installation d’une traille téléphérique.
- Capteurs, enregistreurs et transmetteurs.

Fonctionnement de la station :
- Acquisition des hauteurs (sonde de pression) et de la température de l’eau (sonde au platine).
- Etalonnage (écart toujours inférieur à 2/10 °C pour la température ; écart systématique de 2-3 cm pour les hauteurs par suite d’un mauvais paramétrage de la position du capteur, rectifié ensuite : erreur aléatoire infime, de l’ordre du cm, ordre de grandeur de l’erreur de lecture sur l’échelle).
- Transmission Minitel pour la diffusion des données.

Résultats
Fonctionnement opérationnel de la station depuis février 1993.

Données de température et de hauteur d’eau enregistrées au pas de 30 mn dans l’ordinateur, et présentées, soit sous forme de fichiers ASCII ou de fichiers de tableurs, soit sous forme de courbes, présentées mois par mois.

Possibilité de passer des hauteurs à l’échelle aux débits grâce à la courbe de tarage provisoire élaborée par EDF.

Mise en évidence de la fluctuation très importante des hauteurs en hiver, due aux lâchés des barrages amont.



4) Débouchés du projet

Utilisateurs finaux potentiels
EDF, DDE Service Hydrologique, IRMA, Syndicat Drac Isère, Ville de Grenoble, COGESE, Fédération Départementale de la pêche, FRAPNA, INPG Formation Continue
Production scientifique
- Production de connaissances locales / régionales
- Production de connaissances pratiques / opérationnelles
Produits délivrables
Station hydrométrique
Partenariats
*
Retombées du projet

Utilisation de la station pour la formation sur la mesure des débits de rivières (élèves de 3ème année de l’ENSHMG et cycles de formation continue INPG), et pour la recherche, avec la poursuite de l’acquisition des paramètres hauteurs et températures et mise en place d’autres capteurs (sous réserve de financement) pour mesurer la résistivité, les matières en suspension…

Comparaison des appareils ; test de faisabilité.



5) Valorisation du projet

Publications et communications
0
Pages Web

- Page "Quelques éléments de théorie" sur le site de LTHE : www.lthe.hmg.inpg.fr/~hydrometrie/theorie.html

- Formation continue INPG "Ecoulements en rivières (Hydraulique des écoulements de rivières)"

 

[Programme de recherche départemental]